Please rotate your device

Accueil > Activités > Quel type d'enterrement de vie de garçon êtes vous?

Quel type d'enterrement de vie de garçon êtes vous?

Crazy EVG a réalisé une étude auprès de la population pour vous

Avant que commence la fameuse et terrifiante période des mariages, de mai à octobre, on retrouve en toute logique la saison des enterrements de vie de vie de garçon.

Mais d'où vient cette idée? Qui sont les Français qui y participent? Quel budget osent-ils mettre? 

Qu'ils soient riches ou pauvres, blancs ou noirs, pour l'OM ou pour le PSG, Crazy EVG vous a concocté une petite étude basée sur 1008 Français de tout bord afin d'avoir une vision clair de ce qu'est réellement un enterrement de vie de garçon. Alors ready?

Un événement populaire?

Parmi les hommes, on découvre que 78% ont déjà participé à un enterrement de vie de garçon.

Vous n'êtes donc pas les seuls alcooliques insouciants à partir en EVG pour vous la coller. En tant qu'organisateur ou simple participant, vous êtes prêts de 4 Français sur 5 à avoir vécu cet événement. 

Les enterrements de vie de garçon devenant de plus en plus populaires, nous ne serions pas surpris de voir ce nombre augmenter encore plus les années à venir.


Quel type de fêtard êtes-vous?

On observe que quelque soit le milieu, que vous soyez Gilet Jaune ou avocat, les EVG sont populaires.

Sans surprise, le milieu ouvrier arrive en tête de la population friande d'enterrements de vie de garçon avec 70% qui déclarent y avoir participé.

Viennent ensuite les cadres supérieurs et les professions libérales avec 59%.

Les groupes sont généralement constitués de 9-10 personnes.

Quelle région de France kiffe le plus les EVG?

Don't hate the player, hate the game !

Les Parigos et plus globalement la région Ile de France sont les plus grands adeptes d'enterrements de vie de garçon puisque près de 56% des Français ayant participé à un EVG en sont originaires.

On imagine que ces chiffres sont proportionnels à la densité de population dans cette région qui est la plus peuplée de France et non pas du fait que les provinciaux soient moins fêtards hein !

La preuve, 10% de la région du Nord réunirait plus de 15 personnes pour un EVG alors que seulement 4% le ferait dans le reste de la France. Les ch’tis adeptes des EVg où boire et faire la fête sont légion, je ne sais pas pourquoi mais nous ne sommes pas trop surpris ;)

A noter aussi que 22% des femmes entre 25 et 35 ans déclarent avoir participé à un enterrement de vie de garçon (oui, oui de garçon).

Quelles sont vos destinations préférées pour un EVG?

On s’aperçoit quand même que les classiques restent indémodables puisque Barcelone arrive en tête avec 43%, suivi d’Amsterdam (40%) et enfin la destination phare des EVG Budapest à la troisième place avec 31%.

Les 25-35 ans sont plus de la moitié à privilégier une expérience à l’étranger et notamment dans les pays de l’Est qui est de plus en plus à la mode pour un enterrement de vie de garçon.

Ce n’est pas nous qui allons vous blâmer : belles filles, vie nocturne de folie et activités insolites pour un prix plus qu’abordable, ça se comprend ! Les Sudistes l’ont bien compris puisqu’ils sont 47% à envisager Budapest pour leur enterrement de vie de garçon.

Les villes de Prague et de Cracovie viennent ensuite parmi les destinations les plus populaires d’EVG. 

Mais partir en EVG, ça coûte combien au juste?

Nous n’avons pas tous les moyens forcément, où du moins nous n’allouons pas tous le même budget pour la fête.

Le sondage révèle donc que les budgets peuvent aller de 100€ pour un petit évènement en France à environ 600€ pour un enterrement de vie de garçon de bourrin à l’étranger comprenant plusieurs soirées, activités journée, hébergement, transferts et vols.

Le budget moyen s’élève toutefois à 226€ chez les EVG ce qui plus élevé que chez les filles.

Quels sont les hébergements privilégiés par les groupes?

Les logements les plus plébiscités pour un enterrement de vie de garçon sont les logements indépendants de type appartements plus être au cœur de la ville (41%) et villas (36%) parce que c’est bien entendu plus attractif sur le papier de taper des saltos dans une piscine que de squatter les salles communes d’une auberge de jeunesse.

Toutefois, certains ont bien compris (et on les encourage) que l’hébergement pouvait parfois prendre une grande partie du budget global et qu’il était parfois mieux de privilégier les auberges pour pouvoir faire plus d’activités et de soirées. 

A noter que les chambres dans les auberges étant privatisées pour les groupes, ils restent toujours ensemble et ne sont pas séparés (un peu comme dans un appart !).

A propos, quelles sont les meilleures idées et activités pour un enterrement de vie de garçon, selon vous?

Naturellement, la moitié de la population privilégie les activités festives pour un EVG ! 

Normal, un enterrement de vie de garçon ou ça se couche à 22 heures après avoir bu un chocolat chaud avec des petits marshmallows trempés dedans, ce n’est pas trop le genre de la maison.

Clubs, tournées des bars, alcool à gogo, ça c’est le quotidien des groupes qui partent en EVG. La tournée des bars séduit par exemple 37% des interrogés.

Viennent ensuite les activités insolites que 44% privilégient. Il est clair que quand vous voyez que vous avez la possibilité de conduire un tank ou de tirer au AK-47, il n’y a pas à hésiter, on fera ça plutôt qu’un paintball qu’on peut faire en France. 

Merci les Pays de l’Est !

Enfin on remarque que 31% veulent des activités à sensations fortes (karting, flyboard, paintball, saut à l’élastique ou en parachute etc…) et que 21% veulent bizuter le futur marié avec par exemple un combat de boue, en le confrontant à un chien dressé ou encore en organisant une fausse arrestation.

Et les activités sexy dans tout ça?

Environ 16% ont admis vouloir faire des activités sexy une priorité pour leur enterrement de vie de garçon (Dieu les bénisse) alors que le reste essaye de faire croire qu’ils ne comptent pas intégrer de sexy ou faire passer cela au second plan durant leur EVG (Dieu les garde).

Quoi qu’il en soit, pas moins de 36% des 25/35 ans prévoiraient un striptease lors de l’évènement que ce soit à domicile (29%), dans un club de striptease (23%) ou dans un bar (13%).




Cible interrogée : 1008 Français âgés de 25 à 35 ans, répartis selon la méthode des quotas représentatifs de la population française.

Données recueillies en février 2019 par l’institut CSA.

Demandez votre devis chez Crazy EVG